Institut Français d’Analyse de
Groupe et de Psychodrame

12 rue Emile Deutsch de la Meurthe
75014 PARIS

Tél. 01 45 88 23 22

Nous contacter

 

Séminaires de recherche cliniques et théoriques

(Exemple détaillé)

Un séminaire est d’abord la transmission orale des réflexions et théorisations issues de l’expérience clinique du praticien responsable.

Cette communication est à différencier d’un cours ou d’une conférence en ce qu’elle s’adresse à des praticiens qui se réunissent pour mettre en commun leurs expériences cliniques et les confronter dans ce cadre.

Un séminaire se différencie de l’analyse des pratiques par sa visée et par l’organisation des débats autour des modèles de compréhension liés aux théorisations issues d’observations cliniques, de lectures et d’écrits.

La réflexion théorico-clinique reste centrée sur les questions comme :
– quelles transformations nécessaires de la référence aux modèles transmis par le corpus de savoir de la psychanalyse ?
– la créativité et ses limites dans le champ des modalités de traitement psychique,
– les positions prises dans les institutions et la cohérence avec les modes de fonctionnement institutionnels.

Thèmes des séminaires

L’observation et la conduite de groupes en thérapie et en formation

Séminaire interne (voir dans la rubrique Formation, partie Formation cycle II : « Séminaire de recherche et de réflexion théorico-clinique »).

Les groupes de psychodrame d’enfants et d’adolescents

Ce groupe de travail théorico-clinique s'adresse à ceux qui pratiquent le psychodrame d'enfants ou d'adolescents, dans toutes les structures soignantes qui proposent ce type de thérapie.

L'objectif de ce groupe est l'articulation de la clinique à la théorie dans la référence psychanalytique. A partir des textes et des apports cliniques de chacun, nous serons amenés à élaborer notre pratique autour de plusieurs thèmes :

– l'articulation du cadre institutionnel et du cadre du groupe : la co-conduite - le choix du dispositif (groupe fermé, ouvert, psychodrame de groupe ou en groupe) en fonction de l'âge et de la pathologie - la mise en place du groupe, les indications, les entretiens préliminaires, les points... ;

– le jeu psychodramatique : son inscription dans le processus groupal - sa pertinence: peut-on tout jouer et comment ? - les aspects techniques : leur utilisation suivant les patients concernés - l'interprétation dans le jeu ;

– l'abord de thèmes particuliers : la dynamique transférentielle - l'agressivité, l'excitation, l'inhibition - la fin du groupe.

Ce groupe se réunira à PARIS quatre samedis dans l'année (cf. « Actualités »), de
10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h, il sera conduit par Corinne Marc, analyste de groupe et psychodramatiste de l'IFAGP.

Le psychodrame de groupe de patients psychotiques

Ce groupe s'adresse exclusivement aux praticiens du psychodrame de groupe ou en groupe avec des patients psychotiques.

La finalité de la thérapie des patients psychotiques peut être définie en termes de « retrouvailles » du sujet avec son identité, sa créativité, et son histoire singulière.

Seuls les dispositifs thérapeutiques analytiques peuvent prétendre à pouvoir engager un tel processus chez les personnes dans l’incapacité d’accéder à la pensée symbolique de par leurs déliaisons psychiques et la coupure des liens avec les autres et avec la réalité.

Les groupes, le psychodrame : comment et à quelle condition peuvent-ils être ces dispositifs qui préservent le travail sur et dans le transfert et qui permettent de questionner les assises narcissiques du sujet face à l’autre, semblable et différent ?

En offrant un miroir réfléchissant les aspects clivés, dissociés, du psychisme de ces patients, le groupe permet la représentation de quelque chose d’eux-mêmes jusqu’alors irreprésentable.

La proposition de jeux psychodramatiques tend à répondre, entre autre, à l’importance chez eux de la réalité corporelle, très fragilisée par le défaut majeur de pare-excitation. Le cadre et les aménagements techniques de ce site thérapeutique doivent bien sûr tenir compte de la clinique particulière de la psychose.

Ces questions sont au cœur des débats du séminaire théorico-clinique des thérapies en groupe de patients psychotiques.

Ce groupe se réunira à BORDEAUX quatre samedis dans l'année (cf. « Actualités »), de 10 h à 16 h 30, il sera conduit par Marzenka Slomska-Schmitt, analyste de groupe et psychodramatiste de l'IFAGP.

Les fonctions et la place du psychologue clinicien dans les institutions

Ce séminaire s’adresse à tous les psychologues cliniciens exerçant

– soit dans des structures d'actions socio-éducatives : service de prévention spécialisée, d’action éducative en milieu ouvert, centre d’accueil d’urgence, foyer de l’enfance, foyer éducatif pour adolescents, centre d’accueil pour handicapés moteurs, centre médico-psychologique, crèches, maisons de retraite, etc.

– soit dans des structures de soin : ITEP, CATTP, hôpital de jour...

Quelle est la fonction particulière du psychologue clinicien dans ces différentes institutions ?
Quel est son mode d'intervention ?
Quelles sont les tâches précises qui peuvent lui être demandées ?
Celles-ci ne peuvent-elles pas être contradictoires ?
La place qu’il occupe auprès des équipes éducatives et (ou) soignantes.
Quel est son statut ?
Cadre technique sans responsabilité hiérarchique, à qui doit-il rendre des comptes ?
Quelle peut être sa marge de manœuvre entre la direction et les équipes ?

Ce séminaire propose de travailler toutes ces questions à la lumière de la clinique institutionnelle et des théories groupales. Les problématiques abordées feront l'objet de réflexions. Elles porteront sur l'évolution des pratiques des psychologues cliniciens face aux changements introduits par l'évolution clinique des populations accueillies, et face aux nouveaux modes de gouvernance des institutions soumises aux impératifs et contraintes économiques.

Ce groupe se réunira à PARIS quatre samedis dans l'année (cf. « Actualités »), de
10 h 30 à 13 h et de 14 h à 16 h 30, il sera conduit par Alain Dubois, analyste de groupe et psychodramatiste de l'IFAGP.

La pratique de l’intervention en institution sanitaire et sociale

Voir dans la rubrique Interventions en institutions, la partie Formation aux interventions en institution : « Séminaire de recherche et de théorisation de la pratique ».

Ce groupe se réunira à PARIS quatre samedis dans l'année (cf. « Actualités »), de
10 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h, il sera conduit par Claude Ouzilou, analyste de groupe et psychodramatiste, Secrétaire Général de l'IFAGP.

Les groupes à médiation

Qu'appelle-t-on médiation dans le domaine des traitements psychothérapiques ? Comment les diverses médiations peuvent-elles contribuer à engager un travail psychique chez des enfants, des adolescents, des adultes, dans les champs de l'éducation et de l'apprentissage scolaire, tout comme lors de la prise en charge en milieu hospitalier d'adultes schizophrènes ou de personnes âgées malades mentales, par exemple ?

Une approche clinique des médiations est rendue nécessaire par les difficultés du langage oral ou écrit. Les médiations peuvent être un support au delà d'une simple substitution d'une forme langagière à une autre, elles peuvent ouvrir un champ d'expression à l'inattendu, l'inexploré, l'irreprésenté.

Il existe bien des offres de formations spécifiques à diverses médiations, mais le fait qu'elles se pratiquent généralement à plusieurs pose la question de ce qui, au-delà du support, est mobilisé par la situation groupale. La non prise en compte de cette dimension ampute, voire annule, les effets thérapeutiques recherchés et l'illusion d'une psychothérapie individuelle en groupe masque la pertinence de la référence à l'analyse de groupe. Si la médiation en effet permet l'étayage de la parole du sujet, elle ne présume pas des effets de diffraction du transfert permis par le groupe.

Le séminaire théorico-clinique se propose, en partant du choix de la médiation, de questionner la cohérence entre le but poursuivi et le dispositif, et d'analyser comment se nouent le discours singulier du sujet et la situation groupale qui lui donne sens. Dans l'élaboration de leurs interventions, les thérapeutes ont à prendre en compte cette articulation des instances singulière et groupale.

La co-animation doit faire l'objet d'une attention particulière, quant à la place occupée par chacun dans le dispositif et aux mouvements psychiques entre les thérapeutes, dans l'intertransfert et en résonnance aux mouvements groupaux.

Ce groupe se réunira à PARIS quatre samedis dans l'année (cf. « Actualités »), de
10 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h, il sera conduit par Hervé Roussennac, analyste de groupe et psychodramatiste de l'IFAGP..